Présentation du collectif

, par gilles

La terre aux paysans ! Pas à l’armée

La Ferme de Bannière, de 12ha, dont 5ha de SAU – surface agricole utilisée - située à St-Jean du Gard est en vente par son propriétaire qui a pris sa retraite récemment. A l’automne 2021, il a confié la vente à la Safer qui a trouvé le Ministère des Armées comme acheteur, dans le but d’y installer la Légion Étrangère .

Dès que l’annonce de cette vente a été connue, début avril 2022, un collectif d’habitants locaux, de membres d’associations et de paysans en activité et en projet d’installation, s’est constitué. S’opposant à la venue de la Légion sur ces terres, le collectif a tout de suite cherché à trouver une autre solution pour que ces terres restent des terres agricoles

Le dossier présenté par la Légion en comité Safer début décembre annonçait un lieu de repos pour légionnaires et une convention d’occupation pour les terres. En fait, par un document de la Direction départementale des Finances Publiques du Gard évoquant cet achat et mis à connaissance fin avril (publié dans le recueil des actes administratifs spécial n° 30-2022-034) que le 15 novembre 2021, le ministère des Armées envisage de procéder à l’« acquisition d’un immeuble à Saint-Jean-du-Gard », et que « cette opération s’inscrit dans le cadre de l’augmentation de l’espace de manœuvre et d’entraînement du 2ème Régiment étranger d’infanterie (REI) ».

Récemment l’armée s’est exprimée par voix de presse et le projet qu’elle présente prend une toute autre tournure : lieu d’entraînement pouvant accueillir jusqu’à 150 soldats qui rayonneraient sur les alentours jusqu’à l’Aigoual. L’armée ne souhaite pas que les terres soient destinées à des cultures pérennes !

Dans ce contexte quel est l’agriculteur qui demanderait l’attribution de ces terres, sans garantie sur la durée, sans pouvoir utiliser les bâtiments agricoles, le tout dans le cadre d’un camp d’entraînement militaire ?

L’armée passe par la Safer car la loi l’y oblige mais cette ferme va, à terme, perdre tout usage agricole, comme si en Cévennes nous avions trop de terres, trop de fermes, pour satisfaire tous les projets d’installation en attente.

Nous, collectif « Vallées cévenoles démilitarisées », demandons l’annulation de cette vente au profit de l’armée, et demandons le rachat de cette ferme par la Safer pour permettre la mise en place d’un projet authentiquement agricole .

La terre aux paysans ! Pas à l’armée

www.gardarem.com