Tract : "Opération Mensonges" !

, par collectif

Saint-Jeannais, habitants du Piémont cévenol : on vous a menti !

La ferme de Bannière (12ha dont 5 agricoles) ne deviendra pas :
Un camp de repos pour légionnaires et de vacances pour leurs familles avec 5 hectares de terres agricoles préservées MAIS ! Un lieu d’entraînement et un espace de manœuvre pour légionnaires avec 5 hectares de terres agricoles précarisées...

Un lieu d’entraînement et un espace de manœuvre pour légionnaires

L’armée l’écrit clairement : « Cette opération s’inscrit dans le cadre de l’augmentation de l’espace de manœuvre et d’entraînement du 2ème régiment étranger d’infanterie (REI) ». (Décision d’acquisition par le ministère des armées d’un immeuble à Saint-Jean-du-Gard. Signée le 15 / 11 /2021 par Philippe Dress pour le Ministère des armées).

Comme indiqué dans Objectif Gard le 5 avril 2022, le but de cette acquisition est que les légionnaires puissent « aller vivre en autonomie pendant une semaine, deux semaines ». Il est prévu que le site reçoive en permanence « 40, voire 150 personnes » et que « les sous-bois » servent « à [l’entraînement] au combat » (« tirs à blanc » inclus).

Force est de constater que les nuisances sonores et visuelles sont inévitables, ainsi que le changement de caractère de cette région plutôt paisible et orientée vers les activités de pleine nature !

Pour l’armée, il a toujours été question de centre d’entraînement ! La version « maison de repos » était donc destinée à éviter une opposition à cette installation avant que la promesse de vente ne soit signée, ainsi qu’à faire passer le projet plus facilement auprès de la Safer !

... avec 5 hectares de terres agricoles précarisées

Lors de la réunion avec le chef de corps du 2ème régiment du 9 mai en présence de membres de notre collectif, l’armée est encore on ne peut plus claire : pas de possibilité de cultures pérennes (vignes, maraîchage, arbres fruitiers...). Un bail d’un an serait signé dans un premier temps, sans aucune garantie pour la suite.

Le collectif « vallées cévenoles démilitarisées » considère que les agriculteurs seraient précarisés si ce projet voit le jour et se questionne surle rôle de la SAFER. Est-elle vraiment devenue « une agence immobilière »
comme le dit le commandant du 2ème REI ?

Nous réclamons donc l’abandon total du projet et la remise en vente de la ferme de Bannière et de ses terres, afin que bâtiments agricoles et terres puissent rester entre les mains des agriculteurs.